induction

induction

induction [ ɛ̃dyksjɔ̃ ] n. f.
XIVe; « suggestion » 1290; lat. inductio
1Opération mentale qui consiste à remonter des faits à la loi, de cas donnés (propositions inductrices) le plus souvent singuliers ou spéciaux, à une proposition plus générale. généralisation. Induction mathématique. Rôle de l'induction dans les sciences expérimentales. Induction et déduction. Le fait de remonter par le raisonnement ou l'intuition de certains indices à des faits qu'ils rendent plus ou moins probables. inférence. Raisonnement par induction. analogie.
2(1813) Électr. Transmission à distance d'énergie électrique ou magnétique par l'intermédiaire d'un aimant ou d'un courant. Induction électromagnétique : apparition de forces électromagnétiques dans un circuit par variation du flux magnétique qui le traverse. Induction électrostatique. Courant, flux d'induction. Bobine d'induction ( inductance) . Plaque chauffante à induction.
Phys. Induction magnétique : vecteur caractérisant la densité de flux magnétique dans une substance, produit du vecteur champ magnétique par la perméabilité magnétique de cette substance.
3(v. 1925) Biol. Déclenchement d'un phénomène dont la manifestation se produit avec un certain retard par rapport à l'intervention de la cause responsable. Induction de l'ovulation. Embryol. Processus d'orientation de la différenciation cellulaire au cours de l'embryogenèse (recomm. de l'Académie des sciences détermination). Chir. Induction d'une anesthésie, stade où commence l'endormissement.
⊗ CONTR. Déduction.

induction nom féminin (latin inductio, -onis, de inducere, conduire dans) Opération mentale par laquelle on passe d'observations données à une proposition qui en rend compte Embryologie Processus qui commande la différenciation des cellules de l'embryon et contrôle la constitution de celui-ci. ● induction (expressions) nom féminin (latin inductio, -onis, de inducere, conduire dans) Induction électrique, grandeur vectorielle dont la divergence est égale à la charge électrique volumique δ. [Dans le vide, est en tout point égal au produit du champ électrique par la permittivité ε0.] Induction électromagnétique, phénomène qui se manifeste par une tension induite. Induction magnétique, grandeur vectorielle , de divergence nulle en tout point, qui détermine la composante de la force de Coulomb-Lorentz proportionnelle à la vitesse d'un porteur de charge. (Dans le vide, est en tout point égal au produit du champ magnétique par la perméabilité μ0. L'unité SI est le tesla [symbole T].) Induction mutuelle, induction électromagnétique imputable, dans un circuit électrique, au courant qui circule dans un autre circuit. Induction propre, synonyme de auto-induction. Régulateur à induction, transformateur à champ tournant dont les enroulements primaires, en dérivation sur un réseau, et les enroulements secondaires, en série avec celui-ci, peuvent être déplacés les uns par rapport aux autres. (On obtient ainsi, à la sortie du secondaire, des tensions de module et de phase variables.) Four à induction, four utilisant le phénomène d'induction pour le chauffage de pièces, métaux ou alliages. ● induction (synonymes) nom féminin (latin inductio, -onis, de inducere, conduire dans) Électricité. Induction électrique
Synonymes :
- déplacement
Électricité. Induction propre
Synonymes :

induction
n. f.
d1./d PHILO Manière de raisonner consistant à aller des effets à la cause, des faits particuliers aux lois qui les régissent. Raisonner par induction. Ant. déduction.
d2./d ELECTR Induction électrique ou électrostatique: Syn. de influence électrique.
|| Induction électromagnétique, caractérisée par la production d'une force électromotrice sous l'effet d'une variation de flux magnétique dans un circuit.
d3./d TECH Entraînement d'un fluide par un autre fluide.
d4./d BIOL Phénomène de facilitation, par une enzyme ou par un tissu, d'une réaction biochimique.
Induction embryonnaire: action d'un tissu ou d'un organe sur un groupe cellulaire, provoquant la différenciation de celui-ci en un autre tissu ou organe.

⇒INDUCTION, subst. fém.
A. — [Correspond à induire B]
1. Domaines spéc.
a) LOG. Type de raisonnement consistant à remonter, par une suite d'opérations cognitives, de données particulières (faits, expériences, énoncés) à des propositions plus générales, de cas particuliers à la loi qui les régit, des effets à la cause, des conséquences au principe, de l'expérience à la théorie. Anton. déduction. Procéder, raisonner par (voie d') induction; raisonnement par induction; lois établies par induction; induction et déduction, analogie et induction, déterminisme et induction, observation et induction, syllogisme et induction. L'induction n'est possible, en physique, que parce que le savant ne retient que le schéma général du phénomène, qui, étant simple, peut se reproduire indéfiniment (RUYER, Esq. philos. struct., 1930, p. 327). L'induction des lois à partir de l'expérience ne nous conduit pas à des conclusions absolument nécessaires (GILSON, Espr. philos. médiév., 1932, p. 36). V. analogie ex. 18 et déductif ex. :
1. ... l'induction proprement dite (...) est une opération intellectuelle. Celle-ci repose sur la croyance qu'il y a des causes et des effets, et que les mêmes effets suivent les mêmes causes (...). Elle implique d'abord que la réalité est décomposable en groupes, qu'on peut pratiquement tenir pour isolés et indépendants.
BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 215.
Induction amplifiante, baconienne, ordinaire. Synon. extrapolation. Cf. amplifiant B.
Induction aristotélicienne, complète, formelle, totalisante. V. énumération ex. 2.
P. méton. Conclusion, conséquence tirée par ce raisonnement. Inductions de la logique, du raisonnement; inductions cliniques, féminines, scientifiques; induction certaine, erronée; chaîne des inductions; série, suite d'inductions; faire part de ses inductions. Appuyé sur les mille inductions que l'étude universelle des choses fait jaillir de toutes parts, et qui convergent si puissamment au point de vue rationaliste (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 298). Le syllogisme qui mène Socrate à la mort plus sûrement que la ciguë, l'induction qui en forme la majeure, la déduction qui le conclut (VALÉRY, Variété II, 1929, p. 92) :
2. ... Madame Vauquer (...) disait, avec la logique sévère que l'habitude de tout supposer donne aux vieilles femmes occupées à bavarder pendant leurs soirées : « Si le père Goriot avait des filles aussi riches que paraissaient l'être toutes les dames qui sont venues le voir, il ne serait pas dans ma maison, au troisième, à quarante-cinq francs par mois, et n'irait pas vêtu comme un pauvre. » Rien ne pouvait démentir ces inductions.
BALZAC, Goriot, 1835, p. 39.
b) MATH. Induction mathématique. ,,Opération consistant, une fois établi qu'il est légitime d'étendre une relation d'un terme au terme suivant de la même série, à généraliser en l'étendant de proche en proche à tous les termes de la série`` (FOULQ.-ST-JEAN 1962). Synon. raisonnement par récurrence (dans le cas où les termes de la démonstration dépendent l'un de l'autre). Gentzen (...) parvint à démontrer la non-contradiction de l'arithmétique formalisée, en utilisant « intuitivement » l'induction transfinie jusqu'à l'ordinal dénombrable (BOURBAKI, Hist. math., 1960, p. 63). Le nombre cardinal, qui a son origine dans le dénombrement des ensembles finis, a été étendu aux ensembles infinis et a conduit à la numération transfinie et à l'induction transfinie (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 16) :
3. ... si, dans une série qui peut comprendre un nombre infini de termes, un ou plusieurs termes consécutifs sont soumis à une certaine loi, le terme suivant y sera pareillement soumis, par conséquent le terme qui vient après celui-ci, et ainsi de proche en proche; de sorte qu'il suffit de constater la loi pour un terme ou pour un nombre fini de termes : une induction rigoureuse l'étendant ensuite à toute la série des termes consécutifs, en nombre infini.
COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 379.
2. P. ext. Fait de remonter, par le raisonnement ou l'intuition, de certains indices à des faits qu'ils rendent vraisemblables, en une synthèse de pensée reconstructive allant de la cause à la conséquence ou inversement. Synon. analogie, inférence, raisonnement. Procéder, raisonner par (voie d')induction; d'induction en induction. J'étais déjà ici [à Nohant] à cette époque et je n'ai rien vu par moi-même [des journées de juin 1848], je ne puis donc juger que par induction (SAND, Corresp., t. 3, 1848, p. 88) :
4. Avec tous les individus que je connais maintenant, ma pensée travaille singulièrement : je peux, à tels enfants, attribuer tels auteurs, par induction, à tels parents, telle existence.
FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 100.
P. méton. Résultat de ce processus de pensée; conclusion, conséquence ainsi tirée. Synon. conjecture, hypothèse, supposition. Tirer une induction, mille/toutes sortes d'inductions; à force d'inductions; fait, expérience qui confirme une induction; ce n'est qu'une induction; cette induction est fausse; juger sur de simples inductions; induction erronée, fâcheuse, frivole, hasardée, hasardeuse, fondée. Elle semblait riche : sa peine devait donc être toute morale. Arrivé à ce point de ses inductions, l'étranger se demanda si sa compagne était une jeune femme ou une jeune fille (LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 349). J'admirais une fois de plus la sûreté des inductions d'Ortègue, et son coup d'œil divinatoire. Le projectile était exactement où il avait dit (BOURGET, Sens mort, 1915, p. 105) :
5. Mademoiselle Fouille a un amant et s'est rendue à Nice : Gustave est parti et revenu le même jour qu'elle : cela suffit-il pour affirmer devant Claire, au risque de la tuer, ce que M. Baslèvre croit la vérité, ce qui peut être une erreur? Des inductions habiles, des concordances troublantes, des probabilités même servent à créer une conviction : on n'a pas le droit, il est inique d'en user comme de certitudes.
ESTAUNIÉ, Ascension M. Baslèvre, 1919, p. 222.
B. — ÉLECTR., PHYS. Production et transmission à distance d'énergie électrique ou magnétique dans des corps neutres ou dans un circuit, sous l'influence d'un aimant ou d'un courant. Le tesla, unité d'induction; lois, phénomènes de l'induction; effets d'induction; bobine d'induction; fil, flux d'induction; induction électrodynamique, électrostatique. On aura donc à surmonter une force électromotrice d'induction qui tendrait à diminuer l'intensité des courants (H. POINCARÉ, Théorie Maxwell, 1899, p. 11). Les coefficients qui entrent dans l'expression des forces électromotrices d'induction peuvent être déterminés par l'application du principe de la conservation de l'énergie (H. POINCARÉ, Électr. et opt., 1901, p. 132) :
6. Mais que feraient un Descartes, un Newton, ignorants qu'ils seraient de notre électromagnétisme, de l'induction et de tout ce qui fut découvert après eux, si l'on soumettait à leur examen, sans explication, une dynamo, leur disant seulement ses effets?
VALÉRY, Variété V, 1944, p. 73.
En partic.
1. Induction + adj.
Induction électrique. Synon. de excitation électrique (SIZ. 1968). Induction électromagnétique.
Induction magnétique. ,,Grandeur vectorielle caractérisant la perturbation apportée en un point par le voisinage d'un aimant ou d'un circuit parcouru par un courant`` (Électron. 1959, 1963-64). Synon. champ magnétique. Le gauss, le weber, unités d'induction magnétique. D'après notre hypothèse, l'induction magnétique en ce point se confond avec la force électromagnétique (H. POINCARÉ, Électr. et opt., 1901, p. 185). Des modes de rotation correspondant, comme les flux d'induction magnétique ou comme la chaleur latente, à des mouvements de conservation (BREMOND, Poés. pure, 1926, p. 161).
Induction mutuelle. ,,Production d'une force électromotrice induite dans un circuit, provoquée par les variations du courant qui parcourt un autre circuit voisin`` (ibid.). Dans cette image, S représente l'éther qui entoure les deux fils; c'est l'inertie de cet éther qui produit les phénomènes d'induction mutuelle (H. POINCARÉ, Théorie Maxwell, 1899, p. 10). Ces liaisons, engendrées par l'induction mutuelle des charges présentes dans les différentes parties de ces molécules, sont faibles (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 481).
Induction propre. ,,Production d'une force électromotrice dans un circuit, provoquée par les variations du courant qui parcourt ce circuit`` (SIZ. 1968). Synon. auto-induction (vieilli), self-induction. Le circuit formé par (...) [les] deux conducteurs [du condensateur] possède un certain coefficient d'induction propre (TURPAIN, Applic. prat. ondes électr., 1902, p. 6).
2. Subst. + d'induction
Coefficient d'induction. Synon. usuel inductance. Courant d'induction. Courant électrique inverse, temporaire, obtenu en faisant passer le courant électrique. Synon. électricité d'induction. Les courants d'induction prennent naissance dans la bobine par suite de la variation de magnétisme du noyau mobile (A. LECLERC, Télégr. et téléph., 1924, p. 158).
Appareil, moteur à induction, machine d'induction. Générateur de courants électriques produits par induction; moteur à courant alternatif. On vérifie cette loi [de Faraday] en employant (...) une machine d'induction (H. FONTAINE, Électrolyse, 1885, p. 16). Les appareils de mise de feu [aux coups de mine] peuvent être (...), soit une petite batterie d'accumulateurs, soit un appareil à induction (J. CAHEN, BRUET, Carrières, 1926, p. 108).
C. — [P. anal. de B] Déclenchement d'un phénomène, d'un processus.
1. BIOL. ,,Déclenchement d'un phénomène sous l'influence d'un autre phénomène ou d'une action extérieure`` (HUSSON 1970). Synon. détermination (recommandé par l'Académie des Sciences).
En partic., EMBRYOL. ,,Processus de régulation qui commande et contrôle l'orientation des phases successives de la différenciation cytologique et de l'organisation morphologique de l'embryon`` (THINÈS-LEMP. 1975). Troubles de l'induction; rôle des organisateurs dans l'induction; induction vitale. Se forment, dans la région dorsale de l'embryon, les centres nerveux, qui, à leur tour, susciteront — par « induction » secondaire — la formation des yeux, des oreilles, etc. (J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p. 41). V. lyser ex. de P. MORAND, Confins vie, 1955, p. 123 :
7. ... la différenciation générale de l'embryon est, dans l'ensemble, le résultat d'une série d'inductions successives coordonnées. Le mécanisme élémentaire de ces inductions différenciatrices se ramène graduellement à (...) l'action de substances agissant comme des catalyseurs, qui (...) commandent (...) l'activité et la différenciation particulière des cellules.
CAULLERY, Embryol., 1942, p. 122.
Rem. ,,L'Académie de Médecine admet le terme dans le sens « phénomène dont la manifestation ne suit la cause qu'avec un certain retard en pouvant persister après la cessation de la cause » et le rejette au sens de « détermination »`` (Méd. Flamm. 1975).
2. CHIR. ,,Premier temps de l'anesthésie générale`` (GARNIER-DEL. 1958, MONC. 1971). Induction de l'anesthésie. ,,Induction brutale (par inhalation ou injection intra-veineuse), progressive (par voie rectale ou perfusion); produits d'induction`` (DUB.).
3. PSYCHOL. Induction psychomotrice. ,,Processus par lequel une réaction observable (« induite ») est provoquée par une attitude ou un comportement particulier (l'« inducteur ») de telle sorte que l'induit réponde à l'inducteur dans le sens où celui-ci l'orientait involontairement ou volontairement. La suggestion est un cas particulier de l'induction volontaire`` (MUCCH. Psychol. 1969). Taine (...) avait expliqué comment devant un paysage on ne peut s'empêcher de « se conformer à la pensée sourde qui semble pénétrer toutes les choses et les unir. » Par analogie avec l'électricité, Féré avait parlé ingénieusement d'induction psycho-motrice (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 432).
REM. Inductomètre, subst. masc., phys. Appareil servant à mesurer les courants induits. (Dict. XXe s.).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. 1290 « suggestion » (DROUART LA VACHE, Livre d'Amours, éd. R. Bossuat, 3126); 2. 1370-72 log. induccion (ORESME, Ethiques, éd. A. D. Menut, livre I, chap. 10, p. 123); 3. 1924 bot. induction (GATIN). II. 1813 induction phys. (H. DAVY, Elémens de philosophie chimique, p. 116 ds MACK. t. 1, p. 202). I empr. au lat. inductio, -onis « action d'amener » et terme de log., dér. du supin inductum de inducere, v. induire. II prob. empr. à l'angl. induction de même sens (1812 ds NED), de même orig. que I. Fréq. abs. littér. : 510. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 782, b) 1 635; XXe s. : a) 409, b) 378. Bbg. BERTINI (M.-T.), TALLINEAU (Y.). Pt vocab. L'Informat. nouv. 1977, n° 80, p. 23. - QUEM. DDL t. 5.

induction [ɛ̃dyksjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1290; lat. inductio « action d'amener; induction (2.) », de inductum, supin de inducere. → Induire.
1 Vx. Action d'induire, d'amener qqn à qqch. ( Suggestion).
1 (…) c'est une induction et inclination naturelle (qui) mène et pousse les bons religieux en cuisines (…)
Rabelais, le Quart Livre, XI.
2 (XIVe). Log. Opération mentale qui consiste à remonter des faits à la loi, de cas donnés (propositions inductrices) le plus souvent singuliers ou spéciaux, à une proposition plus générale. Analyse, généralisation (→ Image, cit. 48). || Induction formelle ou par énumération. || Induction amplifiante, qui étend à tout un genre ce qui a été constaté dans un certain nombre de cas singuliers (syn. : induction baconienne). || Induction mathématique.Rapports établis par induction. || Démonstration de la validité d'une hypothèse élaborée par induction. || Rôle de l'induction dans les sciences expérimentales (→ Assise, cit. 4; déductif, cit.). || L'induction en chimie. Inductif (méthode inductive). || Déterminisme (cit. 2) et induction. || Induction et déduction (cit. 1).
2 (…) l'induction a dû être la forme de raisonnement primitive et générale, et les idées que les philosophes et les savants prennent constamment pour des idées a priori ne sont au fond que des idées a posteriori.
Cl. Bernard, Introd. à l'étude de la médecine expérimentale, I, II.
3 (…) le principe d'induction complète me paraissait à la fois nécessaire au mathématicien et irréductible à la logique (…) J'y voyais le raisonnement mathématique par excellence. Je ne voulais pas dire comme on l'a cru que tous les raisonnements mathématiques peuvent se réduire à une application de ce principe (…) celui de l'induction complète est seulement le plus simple de tous et c'est pour cela que je l'ai choisi pour type.
H. Poincaré, Science et méthode, p. 159-160.
3.1 L'induction appliquée aux sciences physiques, est toujours incertaine, parce qu'elle repose sur la croyance à un ordre général de l'Univers, ordre qui est en dehors de nous. L'induction mathématique, c'est-à-dire la démonstration par récurrence, s'impose au contraire nécessaire, parce qu'elle n'est que l'affirmation d'une propriété de l'esprit lui-même.
H. Poincaré, la Science et l'Hypothèse, p. 24.
4 (…) l'induction passe du fait, ou, plutôt, de la donnée, à l'idée, tandis que la déduction va de l'idée à l'idée (…)
M. Dorolle, les Problèmes de l'induction, II, p. 74.
Le fait de remonter par le raisonnement ou l'intuition, de certains indices à des faits qu'ils rendent plus ou moins probables. || L'induction est un processus de pensée reconstructif. Inférence. || Raisonnement par induction. Analogie (cit. 7), association (des idées). || Dégager par induction des vérités implicites.
5 (…) cette induction que nous faisons tous, sans savoir pourquoi, de ce qui se passe en nous à ce qui se passe au dedans des autres.
Diderot, Lettre sur les aveugles.
6 Exemple grossier, mais sensible, de l'importance des moindres détails dans l'exposé des faits dont on cherche les causes secrètes, pour les découvrir par induction.
Rousseau, les Confessions, XI.
(Une, des inductions). Conclusion, conséquence tirée de l'induction. || Inductions que les penseurs du XIXe siècle ont tirées du cogito (cit.) cartésien ( Interpréter).
7 Le caractère simple des inductions par lesquelles il avait débrouillé le mystère n'ayant jamais été expliqué (…) il n'est pas surprenant (…) que les facultés analytiques du chevalier lui aient acquis le crédit merveilleux de l'intuition.
Baudelaire, Trad. E. Poe, Histoires grotesques et sérieuses, « Le mystère de M. Roget ».
3 (1813, in T. L. F.; probablt de l'angl. induction, 1801). Phys. Transmission à distance d'énergie électrique ou magnétique par l'intermédiaire d'un aimant ou d'un courant. || Induction électromagnétique : production d'une force électromotrice dans un circuit par variation du flux magnétique qui le traverse. || Induction électrostatique, mutuelle. || Courant, flux d'induction. || Primaire et secondaire d'un appareil d'induction. || Bobine d'induction. || Applications pratiques de l'induction : alternateurs, dynamos, fours à induction, transformateurs.
7.1 Parmi les expériences électrodynamiques, les plus curieuses sont celles où l'on a pu réaliser des rotations continues et qu'on appelle quelquefois expériences d'induction unipolaire. Un aimant peut tourner autour de son axe; un courant parcourt d'abord un fil fixe, entre dans l'aimant par le pôle N par exemple, parcourt la moitié de l'aimant, en sort par un contact glissant et rentre dans le fil fixe.
L'aimant entre alors en rotation continue sans pouvoir jamais atteindre une position d'équilibre. C'est l'expérience de Faraday.
H. Poincaré, la Science et l'Hypothèse, p. 266.
Phys. || Induction magnétique : vecteur caractérisant la densité de flux magnétique dans une substance, produit du vecteur champ magnétique par la perméabilité magnétique de cette substance.
8 L'induction mutuelle résulte des actions réciproques de deux circuits couplés magnétiquement, de telle façon que chacun des deux circuits associés produit un flux magnétique variable agissant sur l'autre circuit. Le circuit d'excitation, où est engendrée la variation de flux, est appelé circuit inducteur, et le circuit excité est appelé circuit induit.
Jean Brun, Dict. de la radio, art. Induction.
4 (1924, in T. L. F.). Biol. Déclenchement d'un phénomène dont la manifestation se produit avec un certain retard par rapport à l'intervention de la cause responsable.Embryol. Processus qui détermine l'orientation de la différenciation des cellules au cours de l'embryogenèse (recomm. de l'Académie des sciences : détermination). || Troubles de l'induction. || Rôle des organisateurs dans l'induction embryonnaire.
9 Il y a induction de tout cet ensemble d'organes, aux dépens de tissus qui normalement ne se seraient pas différenciés (…) La lèvre antérieure du blastopore possède (…) la propriété étonnante d'organiser des tissus banaux en un complexe d'organes hautement différenciés (…) d'où le nom d'organisateur donné à ce greffon (…)
Maurice Caullery, l'Embryologie, p. 60.
5 Chir. Premier temps de l'anesthésie générale. || Induction de l'anesthésie. || Induction brutale (par inhalation ou injection intra-veineuse) ou induction progressive (par voie rectale ou perfusion). || Produits d'induction ( Inducteur).
6 Éthologie. || Induction sympathique : phénomène par lequel un animal adopte le comportement d'autres animaux de la même espèce réunis, sans motivation individuelle.
CONTR. Déduction.
DÉR. Inducteur. V. Inductance, inductible.
COMP. Auto-induction. V. Inductomètre, self-induction.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Induction — • Induction is the conscious mental process by which we pass from the perception of particular phenomena (things and events) to the knowledge of general truths Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Induction     Induction …   Catholic encyclopedia

  • Induction — In*duc tion, n. [L. inductio: cf. F. induction. See {Induct}.] [1913 Webster] 1. The act or process of inducting or bringing in; introduction; entrance; beginning; commencement. [1913 Webster] I know not you; nor am I well pleased to make this… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • induction — in‧duc‧tion [ɪnˈdʌkʆn] noun HUMAN RESOURCES 1. [countable, uncountable] the introduction and training of someone into a new job: • departmental induction courses • A team from personnel will conduct the inductions. 2 …   Financial and business terms

  • induction — Induction. s. f. v. Instigation, impulsion. S il a peché, s il a failli. ça esté par induction, à vostre induction. Il signifie aussi, Consequence que l on tire. Tirer une induction d une proposition …   Dictionnaire de l'Académie française

  • induction — induction, inductive The inverse of deduction . Induction begins from particular observations from which empirical generalizations are made. These generalizations then form the basis for theory building. So called analytic induction is common in… …   Dictionary of sociology

  • induction — (n.) late 14c., advancement toward the grace of God; also (c.1400) formal installation of a clergyman, from O.Fr. induction (14c.) or directly from L. inductionem (nom. inductio) a leading in, introduction, noun of action from pp. stem of… …   Etymology dictionary

  • induction — [n1] taking in, initiation consecration, draft, entrance, greetings, inaugural, inauguration, installation, instatement, institution, introduction, investiture, ordination, selection; concepts 320,384,685 Ant. blackballing, expulsion, rejection… …   New thesaurus

  • induction — Induction, Suasio, Inductus, huius inductus. L induction d une loy, Induire le cas d une loy à une autre, Ius translatitium. Bud …   Thresor de la langue françoyse

  • induction — [in duk′shən] n. [OFr < L inductio] 1. an inducting or being inducted; installation, initiation, etc. 2. Archaic an introduction; preface or prelude 3. an inducing, or bringing about 4. a bringing forward of separate facts or instances, esp.… …   English World dictionary

  • induction — induction. См. индукция. (Источник: «Англо русский толковый словарь генетических терминов». Арефьев В.А., Лисовенко Л.А., Москва: Изд во ВНИРО, 1995 г.) …   Молекулярная биология и генетика. Толковый словарь.

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”